Le problème

En 2005, les émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole ont été estimées à 5,1 – 6,1 GtCO2-éq/an c’est-à-dire 12,1 % des émissions anthropiques mondiales totales. Sur l’ensemble des émissions anthropiques mondiales, l’agriculture est responsable de 60 % des émissions de N2O et d’environ 50 % de celles de CH4. Au niveau mondial, les émissions de CH4 et de N2O d’origine agricole ont augmenté de près de 17 % entre 1990 et 2005, ce qui suppose une augmentation future des émissions de 60 MtCO2-éq/an.

Le méthane est le deuxième plus important gaz à effet de serre. Une fois dans l’atmosphère, le méthane y reste pendant 9 – 15 ans. De plus, sur une période de 100 ans, l’effet du méthane sur la rétention de la chaleur dans l’atmosphère est 21 fois plus élevé que celui du CO2. De ce fait, dans un rapport publié par ma FAO, il est précisé que le secteur de l’élevage génère plus de gaz à effet de serre que celui des transports.

Dans l’ensemble, le secteur de l’élevage est le plus grand émetteur de gaz à effet de serre d’origine anthropique. Les ruminants produisent une quantité importante de méthane suite au processus de fermentation qui se produit dans leur tube digestif. Ces émissions de méthane représentent 37% de l’ensemble des émissions de méthane provenant de sources anthropiques.